Archives voyages

La galerie Art’Course et l’association du Corbeau proposent des voyages culturels autour des expositions prestigieuses une fois par mois tout au long de l’année. Les voyages passés sont archivés ici.

Voyage culturel du dimanche 16 novembre 2014 

  1. Musée Wilhelm – Hack à Ludwigshafen.
    l’exposition « Toutes directions » Prix Marcel Duchamp

Après avoir abordé l’art primé des Pays-Bas en 2013, le Musée Wilhelm Hack consacre en 2014 une grande exposition à des positions artistiques contemporaines venant de France. Nous présentons cinq lauréats du Prix Marcel Duchamp et les quatre artistes nominés pour le célèbre prix français pour jeunes artistes. A l’instar du prix allemand de la Nationalgalerie ou du prix Turner britannique, le prix ne se limite pas aux ressortissants français, mais sont admis tous les artistes jusqu’à 40 ans, vivant en France présentant un travail artistique varié.

  1. Kunsthalle à Mannheim.
    l’exposition « Manet, Cézanne, Van Gogh, des invités des quatre coins du monde »

Manet, Cézanne, Van Gogh – les plus grands de la peinture française réunit dans une exposition exceptionnelle. C’est pour la première fois que la remarquable collection française de la Kunsthalle de Mannheim devient le point de mire et se présente dans un contexte international plus vaste. Des prêts considérables de musées européens et américains importants, dont le Metropolitan Museum à New York, le Gemeentemuseum Den Haag ou la Staatsgalerie de Stuttgart, sont mis en contraste avec la collection de Mannheim d’art moderne français de la fin du XIXe siècle. Les œuvres clés de Manet, Cézanne et Van Gogh entament un dialogue fascinant avec les peintures de Delacroix, Corot, Pissarro, Sisley, Monet et Renoir.

     3. Textilsammlung Max Berk à Heidelberg.
l’exposition « Le feutre en mouvement »

« Le feutre en mouvement » est le thème de l’exposition internationale de l’art textile du feutre qui stimule l’esprit et éveille les émotions avec ses 65 œuvres présentées. Autant les origines de 54 artistes de 14 pays diffèrent, autant leurs œuvres se différencient. Tout est pertinent – le pays, la formation, l’approche, la recherche d’idées, la mise en œuvre, l’utilisation de matériaux. S’y ajoute les différentes formes de mouvement qui donnent lieu à de telles œuvres : une nouvelle orientation professionnelle, la souplesse d’esprit, un déménagement, la mobilité physique… La liste est sans fin, chacun peut la continuer pour soi-même. Nous recommandons vivement à toute personne intéressée à visiter cette exposition. Venez apprécier ce plaisir artistique particulier.

Voyage culturel à Mulhouse : Dimanche 29 juin 2014

1. Le Musée de l’Impression sur Etoffes «Folie Textile »

La période du Second Empire ouvre en France une ère de prospérité dans de nombreux domaines, industriel, économique et financier et de transformation de Paris par le préfet Haussmann. Paris qui occupe une place prépondérante dans le milieu du luxe devient la
Capitale de la Mode et un point d’attraction pour l’ensemble de l’Europe. La Fête impériale attire l’élite financière et intellectuelle. L’Exposition universelle de 1867, inaugurée par Napoléon III, rencontre un succès inédit avec près de sept millions de visiteurs, dont la venue exceptionnelle de tout ce que l’Europe compte de têtes couronnées. C’est cette période brillante que le musée de l’Impression sur Etoffes de Mulhouse retrace dans son exposition de l’année, Folie Textile, Mode et décoration sous le Second Empire, réalisée en partenariat avec le Château de Compiègne, qui conserve au Musée du Second Empire,
des vêtements et des souvenirs personnels de la famille impériale.

2. Parc de Wesserling + jardins métissés : Alice au Jardin des merveilles. « Impressions d’Afrique – Made in Alsace (Pfastatt) »

Cette exposition se compose en effet de deux parties. La première vous fera découvrir l’histoire et le fonctionnement de l’usine d’impression de Pfastatt, qui produisait notamment des tissus à destination de l’Afrique. Elle vous emmènera ainsi à la découverte du processus de fabrication et d’impression avec ses étapes clés et vous permettra également de suivre le quotidien des hommes et des femmes qui les ont mis en oeuvre.
La deuxième partie de l’exposition, plus vivante et ludique, raconte l’histoire du pagne, de ses thèmes, ses motifs (la nature, les objets de consommation et la religion notamment) et ses significations à travers différentes ambiances. Un parcours muséographique vous permet ainsi de découvrir le travail d’une couturière africaine, un marché africain
et un hangar du teinturier avec teinture et impression artisanale.

textiles-2

Voyage culturel à Metz : Dimanche 18 mai 2014

1. Musée de la cour d’Or « Regards sur l’école de Paris »

Le Musée de La Cour d’Or présente pour la première fois la majeure partie de sa collection d’art moderne, riche de 200 œuvres créées dans la seconde moitié du XXe siècle par les artistes de la Nouvelle École de Paris. Cette collection est née de la passion de Gérald Collot, conservateur du Musée de Metz de 1956 à 1987. Elle permet aujourd’hui au public de découvrir l’engagement sur la voie de l’abstraction des artistes de l’après-guerre.

2. Centre Pompidou-Metz « Paparazzi! Photographes, Stars et Artistes »

Parcourant un demi-siècle de photographies de stars, l’exposition se penche sur le métier de chasseur d’images, en abordant les rapports tout aussi complexes que passionnants qui s’établissent entre le photographe et la célébrité, jusqu’à révéler l’influence du «phénomène paparazzi » sur la photographie de mode.
En associant les grands noms de la discipline, tels Tazio Secchiaroli, Ron Galella, Pascal Rostain et Bruno Mouron, à des oeuvres de Richard Avedon, Raymond Depardon, William Klein, Gerhard Richter, Cindy Sherman ou encore Andy Warhol, qui se sont interrogés sur ce mythe moderne, l’exposition Paparazzi ! Photographes, stars et artistes a pour ambition de définir les caractéristiques d’une esthétique paparazzi.

« Phares » (Février 2014 à 2016)

Le Centre Pompidou-Metz accueille pour deux ans l’exposition Phares. La Grande Nef, espace d’exposition unique en Europe par son volume, est l’écrin de cette présentation d’œuvres monumentales issues de la collection du Centre Pompidou/Musée national d’art moderne. La scénographie permet d’offrir de véritables (re)découvertes de dix-huit œuvres qui constituent des jalons de l’histoire de l’art des XXe et XXIe siècles.

Phares

Voyage culturel à Bâle : Samedi 29 mars 2014

1. Le Kunsstmuseum de BâleJames Ensor

L’oeuvre du peintre belge est redevenue très en vogue ces dernières années. Cette exposition est centrée sur le masque. Les scènes sont inspirées des carnavals de sa région, de la condition humaine et de ses jeux de rôle avec un mélange de cruauté et d’effroi. Peintre de paysages, de marines, aux teintes de nacre et de feu, excessif dans la touche, dans le geste, artiste dont la folie carnavalesque s’étale dans les scènes et les portraits, James Ensor est un pourfendeur, une canaille défiant les belles manières et la camarde. Le Musée royal des beaux-arts d’Anvers possède la plus grande et la plus importante collection au monde d’œuvres d’Ensor. Sa fermeture pour des travaux d’assainissement offre l’opportunité d’accueillir cette collection, complétée par une sélection de dessins ainsi que des peintures en provenance de collections suisses et des gravures issues du Cabinet des estampes du Kunstmuseum de Bâle.

2. La Fondation Beyeler. Odilon Redon

Une imagination sans limites. Telle est la force d’Odilon Redon, peintre français né en 1840 à Bordeaux, un esprit indépendant qui a tracé son sillon en dehors des modes de l’époque, même s’il est considéré comme un des grands représentants du courant symboliste. L’exposition qui lui est consacrée à la Fondation Beyeler montre toute son évolution stylistique. Une oeuvre ésotérique et avant-gardiste qui nous fait rentrer de plein pied dans l’art moderne et qui a influencé de nombreux peintres chez les Nabis, les fauves et les surréalistes.

bâle

Share Button