Archives pour la catégorie Expositions 2014

Regards suspendus

10410722_820371941360584_866381084453062954_nDu 03 décembre 2014 au 03 janvier 2015

« Regards suspendus »

 Nathalie Savey et Gabriel Micheletti.

Des rencontres, des impressions, …
Il y a eu l’exposition de Gabriel Micheletti au musée Wurth à Erstein en 2012 sous le titre « En altitude minérale ». Les photographies de Nathalie Savey ont été présentées successivement chez In Extremis « Break in the clouds » et au CEEAC « Two faces » en 2013 à Strasbourg.
Nathalie Savey a reçu le Prix des arts plastiques de l’Académie Rhénane en 2014.
On en parle…
Emmanuel Honegger sort de l’exposition au Musée Wurth subjugué et communique sa vive émotion. Gabriel Micheletti exprime son admiration pour le travail de Nathalie Savey lors de la remise de son prix par l’Académie Rhénane. L’idée d’une exposition commune fait sont chemin dans mon esprit, je leur en fais part…ils sont enthousiastes. Les discussions et visites s’enchainent…le titre s’impose « Regards suspendus ». Gabriel est grand et approche l’image à deux centimètres de ses yeux pour mieux la voir. Nathalie a le plaisir des citations, la partie qui dit le tout. Tout est une question d’échelle dans leur travail. Ils parlent de subjectivité, d’immensité, d’intimité, des peintures de Gaspar Friedrich et surtout de leur rapport au paysage.
En les écoutant et en visitant leurs ateliers respectifs, me revient en mémoire le livre « Voiles » qui (r)assemble les textes d’Hélène Cixoux :« Savoir » et Jacques Derrida :« Un vers à soie » illustré par des dessins d’Ernest Pignon-Ernest que j’ai lu en 1998.
Dans « Prière d’insérer » il est écrit : « […] Si étrangers qu’ils paraissent l’un et l’autre, si autonomes l’un et l’autre, ces deux textes ont au moins un trait commun : à travers la différence sexuelle, ils relèvent d’un même genre […] ».
Nathalie Savey est photographe, Gabriel Micheletti est peintre. Leurs travaux sont exposés à Art’course sous le même titre « Regards suspendus ». Face à Face ; Côte à Côte …

Myrtille Béal

En savoir plus sur Gabriel Micheletti
En savoir plus sur Nathalie Savey
Dossier de presse

Share Button

Art’Course fait son show

DSC_5193 fb

Jacques Bauer – Myrtille Béal – Brigitte Béguinot – Claude Bernhart
Mécheri Miloud – Rasvan Sacaleanu – Jacques Vicens – Yolaine Wuest.

Du 12 au 29 novembre 2014

L’exposition réuni 8 artistes soutenant nos projets. Chaque artiste expose une œuvre qui selon lui fait la preuve de son talent et de sa créativité.

Les artistes et la galerie se donnent l’occasion de montrer là le meilleur des expositions réalisées à Art’Course depuis septembre 2012.
« Art’Course fait son show » se veut être un clin d’œil aux grandes manifestations artistiques qui se tiennent en ce mois de novembre dans la capitale européenne comme Résonance et St’Art.

Share Button

Parois par Christine Bry

Christine Bry

A quelques mois de l’ouverture de la réplique de la grotte Chauvet, la galerie Art’course propose pour patienter une exposition de l’artiste peintre Christine Bry qui s’intitule « Parois ». Ces huiles sur toiles nous plongent dans l’histoire de l’art rupestre. Dans une esthétique qui rappelle les parois des grottes étroites et dénuées de lumières où l’on a retrouvé des peintures datant de 10 à 30 milles ans, Christine Bry nous offre la possibilité d’examiner les caractéristiques de l’art pariétal. Des lignes rouges nous indiquent que cet art est lié à la sonorité des lieux qu’il occupe. En effet, pour se repérer, se déplacer et pour pouvoir retrouver leurs dessins, les hommes et/ou femmes préhistoriques utilisaient le son de leur voix et déposaient une marque rouge pour souligner l’importance sonore de l’emplacement. Ainsi pour la compréhension de l’art rupestre, il est indispensable de savoir que l’association du son et de l’image est primordiale. Il s’agit de dessins représentant des animaux en train de chasser ou de migrer, figurés de manière très schématique. Mais il ne s’agit pas uniquement de cela. La voix a une signification rituelle, elle est une invitation à la médiation entre les êtres humains et les esprits de la nature. Les contrastes dialoguent, les ombres chevauchant les figures par un jeu de lumière rappellent le mouvement, la force et le cycle de cette ère comme une quête de l’au-delà.

Le vernissage  était animé d’ une performance intitulée  « Pas Reine… »de Geneviève Charras – Danseuse, performeuse, charivarieuse, ballet-yeuse, cancaneuse…

Share Button

Autoportraits, visages et figures tourmentés

Jacques Bauer | Rasvan Sacaleanu | Georges Scoufos

Du 24 Septembre au 11 Octobre 2014

         L’exposition «autoportraits, visages et figures tourmentés» trace un panorama de ce que l’on peut ressentir à la vue de son propre visage ou à celle des autres. Les trois artistes y présentent des compositions tout à fait distinctes et se regroupent autour de l’introspection angoissée et torturée des années qui passent.

         Jacques Bauer débute cette série de portraits à la suite du décès de son père. Marqué par l’événement, il décide de le photographier lors de ses derniers jours, comme pour le fixer à jamais dans sa mémoire. Un an plus tard, il reprend son travail pour s’appliquer à immortaliser des visages de personnes âgées vivant en maison de retraite. L’expressivité de ces personnes sont pour lui comme des paysages modelés par le temps et les éléments.
Rasavan Sacaleanu transpose les visages qu’il a connus ou imaginés et qui sont restés enfoui dans son inconscient. A l’aide d’élastomère (une nouvelle technique qu’il a lui même mise au point) il dessine des visages plus ou moins flous, parfois angoissés, toujours angoissants.
Georges Scoufos s’inspire de ses nombreux voyages. De l’entrecroisement de traits fins et du choc des couleurs vives et primaires émergent des figures agitées. Des regards noyés dans les compositions mouvantes nous observent sans être véritablement identifiés, personnages lointains arrivant jusqu’à nous dans un flou presque inquiétant.

      «Autoportraits, visages et figures tourmentés» pousse le visiteur à réfléchir sur les événements de la vie et les rencontres qui marquent pour toujours.

Share Button

Exposition « Cookies » de Rasvan Sacaleanu

Cookies

COOKIES

PAR RASVAN SACALEANU
DU 03 AU 20 SEPTEMBRE 2014 

Artiste d’origine roumaine, Rasvan Sacaleanu vient pour la première fois exposer son travail à Strasbourg. Son exposition qu’il a intitulé Cookies est un clin d’œil aux gâteaux fourrés de pépites de chocolat mais aussi aux cookies informatiques qui sont stockés sur le disque dur de nos ordinateurs soit à notre insu soit par notre volonté lors de nos passages sur certains sites, nos préférences, nos centre d’intérêts…

L’artiste a élaboré une recette à base de silicone, il la teste avec ses doigts, met des gants ou s’empare d’outils. La forme naît et vient s’imprégner de ses appétits : Ses références artistiques apparaissent, se réfléchissent dans cette matière translucide,… Un jeu de cuisine. Il souhaite que nous mettions notre nez sur la surface.

Il se pose une question d’actualité importante : « Vivre sans recette de cuisine est-ce possible ? » à l’heure où les émissions et articles de cuisine envahissent nos écrans et magasines.

L’artiste doit-il appliquer ou dépasser les recettes ?

Performance poétique « La substance s’organise » par Pierre Louis Aouston

Share Button

Le Rose et le Bleu, mauvais genre ?

Le Rose et le Bleu, mauvais genre ?

Simone Naderi – Lilyane Anstett – Mécheri Miloud
Myrtille Béal – Laurence Scheer – Louis Danicher

Du 25 juin au 09 août 2014

« Rose et bleu, l’attribution de ces couleurs aux filles et garçons est une convention qui nous semble traditionnelle, or elle ne date pourtant que du début du XXème siècle et de l’essor de l’industrie des vêtements pour enfants. Aux siècles précédents, le rose, dérivé du rouge symbolisant la force et le pouvoir a plutôt été associé au masculin et le bleu, couleur de la Vierge marie, au féminin.

De quoi prendre un peu de recul par rapport aux stéréotypes concernant la féminité et la virilité !

Alors que l’on parle beaucoup de la « théorie des genres », traduction impropre des « études de genre » américaines, analysant la construction des rôles et valeurs attribués aux deux sexes, le sujet de la définition du masculin et du féminin est un thème d’actualité, et d’une importance cruciale dans nos sociétés en pleine mutation. »

Brigitte Béguinot

Share Button

Anxious Edge

Anxious Edge

Jacques Vicens
Du 04 au 21 juin 2014

« L’exposition de Jacques Vicens à la Galerie Art’Course est une série de toiles et papiers peints à l’acrylique et aux encres dans un style punk ou new wave. Jacques Vicens peint des sensations et des émotions qui mettent mal à l’aise.
Ces sensations et émotions proviennent des situations qui sont représentées.
Par exemple, un triptyque est élaboré à partir de feuilles des journaux parus pendant la guerre du golfe empilées et collées en tapis. Sur ce support de grand format il peint un homme noir qui crache une flamme rouge pour rendre compte de la souffrance de la guerre. La guerre étant un prétexte pour montrer la peur et la violence, Jacques Vicens revisite Guernica de Picasso en y associant un Kids Guernica dessiné par des enfants.
Dix peintures de petit format sur papier aquarelle qui rappellent les personnages et les animaux massacrés de Guernica sont surmontées de dix peintures jumelles de la même taille représentant des rangées d’avions noirs sur un fond gris qui font penser aux films documentaires de guerre où des vagues d’avions larguent un déluge de bombes sur les cibles à détruire. Si les violences et les peurs sont avouées par la présence de la guerre, un autre triptyque représente une femme au regard inquiet pour une raison inconnue. L’absence de ce qui provoque la peur est aussi dans cette série de sept œuvres montrant chacune quatre visages semblables à des photomatons devenant de plus en plus inquiétants avec l’avancée de la série. »

Jacques Vicens

Share Button

Héritages Silencieux

DSC_8492Master II Muséologie de l’Université de Strasbourg
Du 2 au 5 mai 2014

Une exposition sur les objets Africains vus à travers différentes collections Alsaciennes, organisée par les étudiants du Master II Muséologie de l’Université de Strasbourg.

Share Button

Hors Sentiers

site2Louis DANICHER
Du 09 au 26 avril 2014

« Pour faire suite à mon exposition intitulée « sur le bord du chemin », montrée à Strasbourg, il y a plus d’un an au cours de laquelle j’avais retenu une nature particulière, celle qui est très proche de nous et que nous ne voyons pas, la végétation des bords de chemins. Une végétation intime, fragile, belle, commune, visible, invisible, mystérieuse et éminemment complexe. J’ai voulu pour cette nouvelle exposition compléter la précédente avec d’autres plantes avec un regard nouveau. Les ronces y sont traitées avec la menace de la griffure, les herbes sèches de l’hiver racontent le grouillement complexe de la vie passée et enfin toute la végétation de l’automne chante avec ses couleurs éclatantes, joyeuses, tourbillonnantes le bonheur de vivre.

La peinture acrylique sur toute la surface du support permet un travail rapide, violent et subtil qui est fait d’ajouts et de retraits de peintures, de coulures et de grattages et qui correspond au combat que je mène pour faire naître le paysage ancré au plus profond de moi-même.

En sortant du sentier au sens propre comme au sens figuré j’ai voulu trouver le paysage romantique qui nous conduit à nos incertitudes et à nos espérances, à nos doutes et à nos rêves. »

Louis Danicher

Share Button

Viviane Clerc Barrou

Viviane Clerc Barrou

Viviane Clerc Barrou
Du 19 mars au 05 avril 2014

« Dans ma démarche, j’ai d’abord abordé la question du flou, du mouvement tout en favorisant la couleur.
Actuellement, l’individu dans l’univers est au centre de mon travail. Comment se situe-il? Est-il isolé ou relié au réseau mondial? Confronté aux turbulences…

Share Button